L'heure à Erevan: 11:07:36,   14 Août 2022

Le conflit du Haut-Karabakh discuté au 28e Conseil ministériel de l'OSCE

Le conflit du Haut-Karabakh discuté au 28e Conseil ministériel de l'OSCE

EREVAN, 7 DÉCEMBRE, ARMENPRESS. Le conflit du Haut-Karabakh a été discuté en marge du 28e Conseil ministériel de l'OSCE, qui s'est tenu à Stockholm, en Suède, les 2 et 3 décembre.

Contrairement aux déclarations des hauts dirigeants de l'Azerbaïdjan selon lesquelles le conflit du Haut-Karabakh est réglé, les déclarations faites par les représentants de différents pays et organisations internationales dans le cadre du Conseil ministériel prouvent que la question du règlement du conflit est toujours d'actualité pour la communauté internationale, et réaffirment que le règlement du conflit du Haut-Karabakh est envisagé dans le cadre de la coprésidence du Groupe de Minsk de l'OSCE et sous son mandat, par le biais de négociations pacifiques.

Ann Linde, présidente en exercice de l'OSCE et ministre des affaires étrangères de la Suède, a déclaré dans ses remarques : "Dans le contexte du conflit du Haut-Karabakh, il existe des questions non résolues, comme l'a montré la reprise des hostilités dans la région le mois dernier. L'OSCE joue un rôle vital dans la région, et nous devons tous apporter un soutien total aux coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE et au représentant personnel du président en exercice de l'OSCE pendant et après ce conseil ministériel".

A son tour, le Secrétaire d'Etat américain Anthony Blinken a salué la reprise du dialogue direct entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. "Nous les exhortons à faire des progrès sur les questions humanitaires, y compris les détenus, le déminage, les personnes disparues, avec des enquêtes sur les violations présumées des droits de l'homme et les violations du droit humanitaire international avec les auteurs tenus responsables.  Et j'espère que nous pourrons tous travailler ensemble, y compris avec la Russie, pour continuer à progresser. Nous exhortons toutes les parties à résoudre les autres questions en suspens, telles que la délimitation et la démarcation de la frontière, le rétablissement des liens économiques et de transport, et à poursuivre leur engagement auprès des coprésidents du Groupe de Minsk en vue d'une fin pacifique durable du conflit du Haut-Karabakh", a-t-il déclaré.

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a souligné dans son discours le rôle de l'OSCE dans le processus de règlement du conflit.

Le chef de la délégation française au 28e Conseil ministériel de l'OSCE, Franck Riester, a également salué la reprise du dialogue entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sous le mandat de la coprésidence du Groupe de Minsk de l'OSCE. "Nous appelons les parties à s'entendre pour mener de telles actions sous l'égide du Groupe de Minsk, ce qui réduirait les tensions et contribuerait à la création d'un environnement respectif permettant de progresser dans d'autres domaines au bénéfice des peuples. Nous réaffirmons notre confiance dans le travail à accomplir par la coprésidence avec les parties. Nous appelons à rester engagés dans les accords conclus par la déclaration du 9 novembre", a déclaré Franck Riester.

La présidente de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE, Margareta Cederfelt, a appelé l'Arménie et l'Azerbaïdjan à parvenir à la paix. "Les affrontements frontaliers entre les troupes d'Arménie et d'Azerbaïdjan ont repris un an après un conflit meurtrier. Je demande gentiment aux parties de se réunir et de se mettre d'accord pour une paix longue et durable", a-t-elle déclaré.

Un certain nombre d'autres hauts fonctionnaires ont également évoqué dans leurs discours la situation actuelle dans la zone du Haut-Karabakh, exprimant leur soutien aux efforts visant à une solution durable du conflit. Tous ont souligné dans leur discours le retour des prisonniers de guerre et des autres personnes détenues comme une question prioritaire nécessitant une solution urgente.

Dans sa déclaration, l'Union européenne a également fait référence à la nécessité d'un règlement définitif du conflit du Karabakh. "L'Union européenne soutient et est prête à compléter les efforts du Groupe de Minsk de l'OSCE en vue d'un règlement négocié, global et durable", indique la déclaration.

La déclaration de "Quint" (Albanie, Suède, Pologne et Macédoine du Nord) fait également référence au conflit du Haut-Karabakh, appelant à prendre des mesures supplémentaires pour la désescalade de la situation et la reprise de négociations de fond.

En fait, le 28e Conseil ministériel de l'OSCE a montré qu'il existe deux approches contradictoires sur le conflit du Haut-Karabakh : d'une part, les positions de l'Arménie et de la communauté internationale concordent pour la plupart, et d'autre part, les tentatives de l'Azerbaïdjan de présenter les développements causés par l'usage de la force comme une base pour la solution de la situation, ses visions inventées et sa propagande, n'ont pas été "encouragées" par la communauté internationale.

C'est peut-être la raison pour laquelle la partie azerbaïdjanaise a évité la rencontre avec le ministre arménien des Affaires étrangères sous les auspices des coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE prévue à Stockholm.

En effet, après les déclarations des représentants des pays coprésidents et d'autres États membres de l'OSCE, cette rencontre aurait été considérée partout dans le contexte de l'avancement du processus de paix pour le règlement du conflit du Haut-Karabakh, et non dans le contexte de la résolution des questions dites "post-conflit" entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, comme la partie azerbaïdjanaise a essayé de présenter à son public les rencontres tenues à New York et à Paris.

Il est à noter qu'à l'issue du Conseil ministériel, le coprésident du Groupe de Minsk de l'OSCE a fait une déclaration, notant que bien qu'ils aient tenu des réunions séparées avec les ministres des affaires étrangères arménien et azerbaïdjanais, une rencontre conjointe sous leurs auspices n'a pas eu lieu.

"Ils se disent prêts à accueillir une telle rencontre dès que les circonstances le permettront afin de poursuivre les discussions entamées à New York en septembre et à Paris en novembre", indique la déclaration.








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]