L'heure à Erevan: 11:07:36,   27 Juin 2022

Armen Sarkissian a accordé une interview à Sky News Arabia

Armen Sarkissian a accordé une interview à Sky News Arabia

EREVAN, 20 JANVIER, ARMENPRESS.  Le Président Armen Sarkissian a accordé une interview à Sky News Arabia lors de sa visite de travail aux Émirats arabes unis. Comme le rapporte "Armenpress", l'interview en traduction arménienne est publiée sur le site officiel du Président de la RA.

Sky News Arabia : Comment évaluez-vous la participation de l'Arménie à l'Expo 2020 de Dubaï ? Est-ce qu'il reflète les caractéristiques ethniques de l'Arménie et l'évolution de ses aspirations technologiques ?

- Permettez-moi de commencer par féliciter l'Expo 2020 et la conférence de la Semaine de la durabilité d'Abou Dhabi. Je pense que vous avez créé une atmosphère fantastique ici. C'est une bonne plateforme, non seulement pour tous ceux qui vivent ici dans les Émirats, mais aussi pour la jeunesse internationale qui peut venir voir.

À ce jour, j'ai traversé quatre phases de vie : la première était celle d'un scientifique, d'un physicien et d'un mathématicien ; la deuxième était celle d'un diplomate ; la troisième était celle d'un homme libre, j'étais dans les affaires ; la quatrième était celle d'un président et je regarde vers l'avenir. J'ai toujours été associé à la science et à la technologie. Et je vois une grande croissance de ce pays dans ces domaines. Il y a certaines structures, certains cadres ou certaines présentations qui caractérisent tel ou tel pays mais, en fin de compte, au cœur de tout cela, il y a la technologie, qui est tournée vers l'avenir. Notre avenir consiste à construire un monde technologiquement avancé. Nous devons créer un avenir qui soit prévisible, durable. Le mot "durable" a probablement plusieurs significations. Cela peut signifier construire quelque chose de prévisible, de clair, quelque chose qui ne crée pas de sentiment d'incertitude. Le monde qui nous entoure aujourd'hui, en fait, est un monde qui fait face à l'incertitude partout. Il y a plusieurs raisons à cela. Certains disent que le COVID en est la raison, d'autres que le monde a changé à cause du COVID, d'autres encore que les organisations internationales ont échoué ou qu'elles se sont affaiblies, d'autres enfin que le monde est passé d'un monde unipolaire à un monde multipolaire, etc.

Ma réponse à cette question est que le monde a changé parce qu'il a fondamentalement changé. En tant qu'ancien physicien, j'appelle ce monde un monde quantique. Ce n'est plus le monde classique que nous avons connu dans le passé. En tant qu'individus, nous nous manifestons comme des particules quantiques parce que nous sommes interconnectés. Notre communication se fait à la vitesse de la lumière, nous vivons dans un monde très complexe qui est nouveau et qui est quantique. C'est un changement de jeu.

Les gens voyagent dans de grands avions et restent au même endroit pendant des heures, respirant le même air. Il n'est donc pas surprenant qu'un cas de COVID découvert en Chine se soit répandu si rapidement et que le cas suivant ait déjà été signalé en Argentine et ainsi de suite. La COVID n'est donc pas la cause du changement. Le monde a changé et c'est pour cette raison que nous avons la COVID, peut-être que quelque chose d'autre viendra.

Quelle est la solution dans un tel cas ? Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? La raison en est le progrès scientifique et technologique. L'humanité a connu la première et la deuxième révolutions industrielles et a appris à brûler du bois et du charbon pour produire de l'énergie. Puis nous avons créé l'ordinateur, qui a déclenché une autre révolution. Nous vivons aujourd'hui dans une ère de révolution constante. Je l'appelle R- Evolution, où le "R" remplace le mot Rapid - rapide, impétueux. L'innovation est présente tous les jours, les idées sont nouvelles, et le monde évolue très rapidement et est interconnecté. Pour cette raison même, nous constatons très souvent que ces révolutions se produisent beaucoup plus rapidement que certaines institutions ou nos comportements ne peuvent réagir.

Sky News Arabia : Que peut-on dire de la politique ? Comment tous ces changements peuvent-ils toucher la politique, la région ?

- Mon fils et moi avons récemment terminé un travail de recherche que nous avons appelé "Le nouveau monde quantique". Il s'agit du comportement quantique de la politique. Des facteurs qui, il y a 30, 60 ou 100 ans, semblaient secondaires, deviennent aujourd'hui essentiels, tout comme le type de politique que vous faites. Il y a peut-être 50 ou 60 ans, il aurait semblé impossible d'imaginer qu'un homme politique inconnu du public puisse devenir célèbre très rapidement et prendre la tête du pays en trois mois environ. Aujourd'hui, il existe des exemples de ce genre dans le monde entier. À côté de la politique, il y a toujours eu le divertissement (l'amusement) - dans la Rome antique, il y avait les gladiateurs... De nos jours, le divertissement et la politique fonctionnent ensemble - beaucoup de politiciens sont des politiciens parce qu'ils sont de bons entrepreneurs et d'autre part, certains entrepreneurs sont soudainement devenus des politiciens. Le résultat est une synthèse de la politique réelle et de la politique de divertissement. Ils sont de plus en plus proches. On parle aussi parfois de populisme. La source de tout cela est encore une fois la R-évolution, les technologies d'évolution rapide, les nouvelles technologies. Plus la technologie évolue, plus le monde qui nous entoure va changer. La façon dont vous faites des affaires ou de la politique, la façon dont vous préservez ou endommagez l'environnement vont changer.

Sky News Arabia : J'aimerais que vous évoquiez tout ce qui se passe dans la région en ce qui concerne la Turquie et l'Azerbaïdjan.

Je voudrais aborder cette question dans le contexte de la conférence de la Semaine de la durabilité . La durabilité n'est pas seulement importante pour l'économie, pour la croissance économique ou pour l'avenir de nos enfants, mais la durabilité est également importante dans notre politique. Je vais le présenter en deux points. J'appellerai la première le pragmatisme, c'est-à-dire la création de quelque chose de durable. Si vous êtes pragmatique et que vous souhaitez que la situation soit durable, dans une situation difficile, vous ne trouverez pas de meilleur moyen que de négocier et de parler. L'Arménie et l'Azerbaïdjan disposaient d'une plate-forme de négociation - la coprésidence du groupe de Minsk de l'OSCE. Malheureusement, ces négociations n'ont pas abouti et la guerre a eu lieu, ce qui était le pire des scénarios. Lors de la première guerre du Karabakh, la partie arménienne a gagné et a eu 26 ans pour convertir cette victoire en paix. Cependant, elle n'a pas réussi à le faire, et le résultat de tout cela a été une guerre, des milliers de jeunes vies ont été perdues.

Avant la nouvelle année, j'ai visité Yerablur, le lieu où sont enterrés nos jeunes héros. Le plus dur dans ce monde est de voir leurs parents pleurer la perte de leurs enfants de 18-19 ans, alors que la conversation, la négociation et la diplomatie auraient pu résoudre ce problème sans perdre de jeunes vies. Un cessez-le-feu a été établi, il n'y a pas de paix définitive, et des négociations sont en cours, menées par le gouvernement et le premier ministre arméniens du côté arménien et le président de l'Azerbaïdjan du côté azerbaïdjanais, avec la Russie comme médiateur. J'espère qu'à l'issue de ces négociations, nous aurons une paix durable et pragmatique.

J'espère que cette fois-ci, l'Azerbaïdjan et l'Arménie seront en mesure d'établir la paix grâce à un compromis. Cependant, ce n'est pas facile.

Vous avez mentionné nos relations avec la Turquie. Encore une fois, le pragmatisme et la durabilité suggèrent que vous ne devriez pas avoir de problèmes avec vos voisins, surtout un voisin qui est un grand pays, montrant un comportement particulier en Syrie, en Méditerranée orientale et dans de nombreux endroits. Encore une fois, je crois qu'il n'y a pas d'autre moyen que de parler dans ce cas aussi. L'Arménie et la Turquie ont tenté une première fois de négocier en octobre 2009, et ont même signé un protocole à Zurich. À l'époque, j'étais également dubitatif pour plusieurs raisons. L'une d'entre elles était qu'il manquait quelqu'un du côté turc dans ces pourparlers - l'Azerbaïdjan. L'Arménie avait des problèmes avec l'Azerbaïdjan, et elle n'aurait pas conclu d'accord avec la Turquie sans l'Azerbaïdjan. Il y avait aussi un absent du côté arménien - la diaspora. La diaspora arménienne a été largement façonnée par le génocide. Comment un président ou un premier ministre arménien pourrait-il signer un accord sans le soutien de la diaspora ?

L'Arménie est un petit pays, mais c'est une nation dispersée dans le monde entier. Il y a autant d'Arméniens vivant aux Etats-Unis ou en Russie qu’en Arménie elle-même.

La voie vers un avenir stable passe par les négociations. Mais il ne s'agit pas d'une simple négociation entre deux pays. Dans ce cas, vous ne pouvez pas ignorer l'histoire que vous vivez. Un bon exemple pourrait être le suivant : il y a presque deux ans, j'ai participé à une grande conférence en Israël sur l'Holocauste. Des dirigeants de différents pays étaient présents : les présidents de la Russie, de la France, de l'Italie, de l'Allemagne, le vice-président des États-Unis et d'autres. Les discours ont été prononcés et des fleurs ont été déposées, mais j'attendais que le président allemand prenne la parole. Franchement, il a fait un discours brillant et personnellement, pour moi, c'était le moment le plus important de cette conférence, car après la Seconde Guerre mondiale, si l'Allemagne et Israël avaient essayé de négocier quelque chose, sans parler de l'Holocauste, auraient-ils réussi ? Non.

Les relations arméno-turques sont dans le même contexte. Je pense que pour réussir, il ne faut pas fermer les yeux ou ignorer l'évidence. Ce ne sont pas des négociations faciles. J'espère qu'un jour, les Arméniens et les Turcs parviendront à un accord sur cette question, mais pour y parvenir, nous ne pouvons ignorer les réalités historiques. Pour réussir, nous devons être pragmatiques afin de pouvoir construire une relation durable et forte entre l'Arménie et la Turquie et la région".

Sky News Arabia : Merci, Monsieur le Président.








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]