L'heure à Erevan: 11:07:36,   13 Août 2022

Co-président de l'AP Euronest a accordé une interview à l’agence de presse ARMENPRESS

Co-président de l'AP Euronest a accordé une interview à l’agence de presse ARMENPRESS

EREVAN, 24 FÉVRIER, ARMENPRESS. Le coprésident de l'Assemblée parlementaire Euronest, Andrius Kubilius, affirme que si les déclarations de l'Azerbaïdjan en faveur de la paix et de la stabilité dans la région sont vraiment un souhait sincère, alors ils doivent régler immédiatement la question du retour des prisonniers de guerre Arméniens.

Le coprésident de l'Assemblée parlementaire Euronest, le député européen Andrius Kubilius, qui est également ancien Premier ministre de Lituanie, était en Arménie ces jours-ci dans le cadre des sessions du Bureau et des commissions de l'Assemblée parlementaire Euronest.

Il a accordé une interview à ARMENPRESS, où il a parlé des relations entre l'Arménie et l'UE, des réalisations de l'Arménie dans la lutte contre la corruption et d'autres sujets.

-M. Kubilius, les sessions du Bureau et des commissions de l'Assemblée parlementaire Euronest se sont tenues à Erevan. Comment évaluez-vous ces sessions et quelles questions importantes avez-vous abordées ?

-Tout d'abord, c'est un plaisir de venir à Erevan et merci à l'hospitalité de la délégation arménienne qui était chargée d'organiser ces sessions. Deuxièmement, c'était la première session après presque deux ans, c'est la première session personnelle, plus en ligne. C'est encore une fois un plaisir de profiter de ce moment à Erevan. En ce qui concerne le contenu, tout d'abord, les commissions ont discuté de rapports très importants sur l'énergie, la sécurité, le Green Deal qui est un sujet important pour toute l'Union européenne. Bien sûr, nous avons également discuté de manière assez approfondie de la sécurité géopolitique dans le Sud-Caucase, ainsi que des récents développements, l'agression russe contre l'Ukraine. Et nous avons approuvé une déclaration spéciale à ce sujet, d'une part avec une langue très critique sur ce que le Kremlin fait, ce que le président Poutine fait, menaçant la souveraineté de l'Ukraine, d'autre part ce que nous devons faire en tant qu'UE pour soutenir l'Ukraine. Ce sont donc les sujets les plus importants dont nous avons discuté à Erevan.

-Vous êtes le co-président d'une organisation dont les membres sont à la fois l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Quel rôle l'Assemblée parlementaire Euronest peut-elle jouer dans la promotion de la stabilité dans notre région et aussi pourquoi pas dans la résolution du conflit ?

-Eh bien, tout d'abord, bien sûr, nous sommes une Assemblée parlementaire. Il s'agit donc plutôt d'un organe qui peut discuter de certaines questions, recommander le type de solutions à adopter soit par les gouvernements nationaux, soit par les institutions européennes. Mais nous ne sommes pas un organe d'exécution d'une quelconque décision. Ce qui était donc important ici à Erevan, c'est que nous avions également une délégation d'Azerbaïdjan. Nous avons discuté des questions relatives au Sud-Caucase, nous avons invité d'éminents experts arméniens et azerbaïdjanais à faire un tour d'horizon de la situation et des options futures, puis nous avons discuté entre nous. Bien sûr, il reste encore des questions douloureuses à résoudre, mais j'espère que ce que nous pouvons appeler une normalisation de la situation dans les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et entre l'Arménie et la Turquie pourra se poursuivre. Je suis très heureux que lors du dernier sommet du Partenariat oriental, à la mi-décembre à Bruxelles, le président du Conseil européen Charles Michel a invité et organisé une rencontre informelle entre le Premier ministre Pashinyan et le président Aliyev. D'après ce qu'on m'a dit, la discussion a duré environ cinq heures, et il semble qu'elle était rationnelle. Bien sûr, il est très difficile d'éviter les émotions dans une telle situation, mais la rationalité est ce qui peut apporter la stabilité et la paix. Il y a donc différentes questions qui doivent être résolues, comme la démarcation des frontières, l'ouverture des interconnexions, les chemins de fer, les routes, etc. Ce sont des questions pratiques très importantes qui doivent être traitées. Et j'espère que toutes les parties de cette région très importante rechercheront les possibilités de créer ces opportunités. C'est notre vision, l'UE peut jouer ici un rôle important en offrant une sorte de plateforme de discussion, et c'est ce que fait l'Assemblée parlementaire Euronest. Nous constituons une bonne plateforme de discussion. Parfois, les discussions sont émotionnelles, parfois furieuses. Dans tous les cas, nous ne regardons pas seulement vers le passé, mais aussi vers l'avenir. Je pense que l'Arménie peut présenter ses succès bien plus largement, non seulement à l'Assemblée parlementaire Euronest, mais aussi au Parlement européen. Je voulais dire en plaisantant que les Arméniens sont très doués pour garder leurs réalisations comme un secret très profond. Par exemple, ce que l'Arménie a réalisé ces dernières années en matière de lutte contre la corruption est remarquable et n'est pas très connu en Europe. Et c'est ce que les autres pays du Partenariat oriental devraient apprendre de l'Arménie pour parvenir à un tel résultat. C'est pourquoi l'Assemblée parlementaire Euronest nous aide à la fois à connaître vos réalisations et à offrir une sorte de plateforme de dialogue. Et c'est exactement ce dont nous avons besoin pour la stabilité et la paix dans la région.

-Dans votre article "Transcaucasie : le dilemme arménien", dans lequel vous faites également référence à la 2ème guerre du Haut-Karabakh, vous mentionnez également le génocide commis contre la nation arménienne. Voici une citation : "Les détails les plus marquants ici sont le génocide envers la nation arménienne et la localisation menant à un voisinage géopolitique dangereux". En d'autres termes, pouvons-nous décrire la 2ème guerre du Karabagh comme un acte de génocide commis contre la nation arménienne ?

-Eh bien, je pense que votre citation n'est peut-être pas exacte.

-J'en ai juste cité une petite partie.

-Je disais que l'histoire de l'Arménie est très douloureuse, que vous avez également été confrontés à un génocide, que la Lituanie, par exemple, a reconnu. C'était pendant la Première Guerre mondiale, c'est une tragédie que nous devons garder à l'esprit. Cela a un impact considérable sur votre mentalité, votre façon de penser. Mais je disais aussi dans cet article qu'après la deuxième guerre du Karabakh, qui a vraiment été une tragédie et une catastrophe, je disais que les Arméniens devaient réfléchir plus profondément à leur histoire, à leurs réalisations et à leurs problèmes et essayer de revoir leur stratégie nationale. Je citais le livre très connu de l'historien américain Jared Diamond "Upheaval". Il y raconte exactement l'histoire de 7 ou 6 grands pays qui, au cours de leur histoire, ont été confrontés à une sorte de catastrophe nationale, et qui ont ensuite réussi à réexaminer leur propre vision stratégique sur la façon dont le pays devrait se remettre de cette tragédie et comment le pays devrait avancer vers l'avenir, en modifiant leurs positions et leur stratégie, etc.

-Un an et demi s'est écoulé depuis la fin de la deuxième guerre du Karabakh, mais l'Azerbaïdjan continue de détenir les prisonniers de guerre arméniens. Il existe des preuves de torture envers les prisonniers de guerre. Quel rôle l'Assemblée parlementaire Euronest, dont l'Azerbaïdjan est également membre, peut-elle jouer pour obliger l'Azerbaïdjan à rapatrier les prisonniers de guerre Arméniens ? Comment vous et l'Assemblée parlementaire évaluez vous ce comportement de l'Azerbaïdjan ?

-Bien sûr, nous sommes préoccupés par certaines de ces violations des droits de l'homme, quel que soit l'auteur de ces actes. C'est toujours notre préoccupation. Je dirais définitivement que pour construire la stabilité et la paix, il faut d'abord rétablir la confiance entre les voisins. C'est difficile, votre histoire est très compliquée, il est difficile de donner des conseils. Mais tout d'abord, ce dont nous avons besoin, c'est d'un dialogue ouvert. Et c'est là que l'Assemblée parlementaire Euronest peut fournir ce dialogue pour permettre aux deux membres des parlements d'Arménie et d'Azerbaïdjan de parler, d'expliquer à l'autre toutes les plaintes, d'avoir une sorte d'échange d'opinions. Nous pouvons être ceux qui écoutent les deux parties, et si l'une des parties commet une quelconque erreur, un mauvais comportement ou un crime contre les droits de l'homme, nous pouvons clairement exprimer notre opinion. Mais je ne cesserai de répéter, et je m'adressais aux délégués Arméniens, aux membres du parlement arménien, que vous devriez essayer de vous engager de manière beaucoup plus intensive avec les institutions européennes, avec le Parlement européen. Nous ne voyons pas souvent des membres arméniens du Parlement. Je disais à mes collègues du parlement arménien qu'ils devraient s'inspirer, par exemple, des parlementaires géorgiens et ukrainiens qui ont une bonne tradition de se rendre beaucoup plus souvent à Bruxelles et à Strasbourg pour parler aux parlements, pour faire part de leurs réussites et de leurs problèmes. C'est ce qui aidera tout d'abord les institutions européennes à mieux comprendre tous les faits que vous mentionnez. Deuxièmement, ce serait une possibilité pour les Arméniens de parler non seulement des problèmes, qui sont vraiment très importants, mais aussi des réalisations que je viens de mentionner. Vous êtes le pays qui a réussi à obtenir des résultats remarquables dans la lutte contre la corruption. Transparency International a montré que l'amélioration la plus rapide parmi les 180 pays est celle que l'Arménie a réussi à obtenir au cours des quatre dernières années. Deuxièmement, vous avez réussi à montrer que vous avez une démocratie très solide et très profonde. Malgré toute la tragédie de la guerre, votre peuple a de nouveau voté et donné un nouveau mandat au gouvernement qui, d'une certaine manière, a perdu la guerre. Il est très rare qu'après une telle tragédie nationale, les gens donnent à nouveau un nouveau mandat au gouvernement dans une telle situation. Je pense que vous devriez raconter toute l'histoire aux Européens.

-J'aimerais connaître votre avis, comment évaluez-vous ce comportement de l'Azerbaïdjan qui détient toujours les prisonniers de guerre arméniens.

-Je pense que c'est une grosse erreur. J'ai entendu des membres du parlement azerbaïdjanais dire qu'ils souhaitaient travailler pour la paix et la stabilité dans la région. Donc, si c'est vraiment un souhait sincère de la part des Azerbaïdjanais, ils devraient résoudre ce problème, cette question immédiatement.

-Je voudrais également parler des relations entre l'Arménie et l'Union européenne. Vous savez que l'année dernière, l'accord de partenariat global et renforcé est entré en vigueur. Dans quels domaines voyez-vous un potentiel d'approfondissement du partenariat entre les deux parties et comment ?

-Premièrement, l'accord est important. Deuxièmement, ce qui est vraiment important, ce ne sont pas seulement les relations formelles, mais aussi tout ce qui crée une meilleure compréhension, les relations entre les personnes, les relations politiques entre les partis politiques. C'est pourquoi j'aimerais que les Arméniens soient plus actifs dans ce domaine, et que les membres du Parlement, les experts viennent beaucoup plus souvent à Bruxelles, dans les différentes institutions, au Parlement européen, tout d'abord pour nous raconter l'histoire de vos succès, mais aussi pour parler des problèmes, des questions et des défis. Les défis dans cette partie de l'Europe et dans la partie orientale de l'Europe deviennent vraiment très importants. Nous voyons ce que font les autorités russes, cela va continuer, nous devons être prêts à toute évolution, et c'est à ce moment-là que la relation entre l'Arménie et l'Union européenne peut être d'une très grande valeur.

L'un des sujets que nous mettons en avant, ne concerne pas seulement l'Arménie, mais aussi d'autres pays du partenariat oriental, en particulier ceux qui ont conclu un accord d'association, un accord de libre-échange, comme l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie, les pays du trio. Aujourd'hui, face à toutes les menaces qui existent dans la région, nous insistons pour que l'UE s'engage beaucoup plus auprès de ces pays du Trio afin d'accélérer leur intégration dans l'UE. Et tout d'abord, nous parlons de l'intégration au marché unique, qui est une intégration économique. Je pense que pour l'Arménie, il serait également bénéfique d'examiner certains domaines dans lesquels cette intégration pourrait progresser. Nous savons que vous avez des relations différentes avec l'UE, si l'on compare avec l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie, mais il y a des domaines où cette coopération peut être poussée. Deuxièmement, je pense que vous devriez exiger ce que vous pouvez obtenir de l'Union européenne, à savoir une évolution beaucoup plus rapide du régime d'exemption de visa pour les Arméniens. D'après ce que j'ai compris, certains États membres sont encore réticents à ouvrir cette possibilité qui est ouverte aux Géorgiens, aux Moldaves et aux Ukrainiens. Et je pense qu'il serait vraiment important et très bon qu'une telle possibilité soit accordée aux Arméniens. C'est ce que nous pouvons essayer de faire, tant les Arméniens que nous, le Parlement européen, les amis de l'Arménie, ce que nous pouvons tenter de réaliser.

-Comme vous venez de Lituanie, dans quels domaines voyez-vous un potentiel de coopération entre l'Arménie et la Lituanie ?

-Je ne me suis pas encore beaucoup penché sur les questions de relations concrètes-, mais là encore, nous pouvons apporter notre aide, notre concours, pour renforcer les relations entre l'Arménie et l'Union européenne. Nous pouvons aider avec nos experts dans différents domaines, en apportant une certaine connaissance du type de réformes européennes qui pourraient être faites ici en Arménie. Je sais que nos experts ont été impliqués de manière assez intensive, par exemple, dans les réformes de la police, que vous avez réussi à mettre en œuvre, si j'ai bien compris, et qui donnent de bons résultats. Dans d'autres domaines également, les réformes pourraient concerner le secteur médical, le secteur des soins de santé et l'économie. Nous pouvons vraiment vous aider en apportant non seulement le savoir lituanien, mais aussi le savoir européen. Et je voudrais encore parler non seulement des relations formelles, mais aussi des relations entre les peuples, les partis politiques. C'est très important. À Vilnius, nous savons que vous avez une bonne cuisine et que vous avez de bons vins.

-Au final, quelles impressions avez-vous réussi à obtenir de l'Arménie ?

-Eh bien, mon impression, tout d'abord, est très simple. J'aimerais revenir ici dès que possible et pour une plus longue période, sans agenda politique, mais simplement pour profiter de votre très beau pays et de vos très gentils habitants. Je n'avais pas la possibilité de voir autre chose, juste de passer mon temps à Erevan, mais j'ai beaucoup aimé.

Entretien réalisé par Anna Grigoryan

Photos de Gevorg Perkuperkyan

Caméraman Hovhannes Mkrtchyan








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]