L'heure à Erevan: 11:07,   29 Février 2024

Entretien avec l'ambassadeur de l'UE en Arménie

Entretien avec l'ambassadeur de l'UE en Arménie

EREVAN, 30 NOVEMBRE, ARMENPRESS: L'Union européenne est engagée en faveur de la paix et de la stabilité dans le Caucase du Sud et investit un capital politique important et de haut niveau dans ce processus, a déclaré le chef de la délégation de l'Union européenne en Arménie, l'ambassadeur Vassilis Maragos, dans une interview accordée à Armenpress.

L'ambassadeur a déclaré que l'UE envisagerait également d'apporter un soutien supplémentaire aux personnes déplacées de force du Haut-Karabakh qui se sont installées en Arménie après l'attaque azerbaïdjanaise de septembre.

L'ambassadeur Maragos a déclaré que l'UE travaillait activement avec des partenaires arméniens pour identifier des idées de coopération dans divers domaines.

Armenpress : Monsieur l'Ambassadeur, comme vous le savez, après l'attaque militaire à grande échelle de l'Azerbaïdjan, le Haut-Karabakh a été dépeuplé, des milliers d'Arméniens ont été déplacés de force, quittant leur patrie et leur lieu de naissance. En fait, l'Azerbaïdjan a mis en œuvre sa politique de nettoyage ethnique dans le Haut-Karabakh. Tout d'abord, j'aimerais connaître votre opinion sur cette situation, sur le comportement de l'Azerbaïdjan. Jusqu'à présent, nous avons entendu des déclarations de condamnation, mais pourquoi l'UE ne prend-elle pas des mesures actives pour imposer des sanctions à l'Azerbaïdjan ?

Ambassadeur Vassilis Maragos: Permettez-moi d'être clair, l'Union européenne est engagée en faveur de la paix et de la stabilité dans cette région et nous investissons un capital politique important et de haut niveau dans ce processus. Comme vous l'avez dit, l'Union européenne a clairement exprimé sa position contre l'usage de la force et en faveur des droits de l'homme des Arméniens du Karabakh. Le représentant spécial de l'UE pour le Caucase du Sud, Toivo Klaar, ayant fait des commentaires détaillés sur la question dans son interview avec ARMENPRESS il y a quelques jours, je ne ferai pas d'autres commentaires sur ces questions.

Armenpress : L'Azerbaïdjan a violé l'intégrité territoriale de l'Arménie. Depuis mai 2021, les forces azerbaïdjanaises ont envahi le territoire souverain de l'Arménie dans certaines parties. J'aimerais vous demander à nouveau de présenter votre position sur ce fait. Comment l'UE peut-elle influencer au niveau diplomatique la restauration de l'intégrité territoriale de l'Arménie, comment peut-elle exercer une pression sur l'Azerbaïdjan concernant cette question et le retour des prisonniers Arméniens illégalement détenus en Azerbaïdjan ?

Ambassadeur Vassilis Maragos: L'Union européenne, notamment par le biais de la mission de l'UE en Arménie et de nos contacts avec Erevan et Bakou, comprend très bien la situation sur le terrain. Nous sommes également conscients de l'importance de ces questions pour l'Arménie et, plus largement, pour la paix et la stabilité dans la région, ce qui est notre objectif premier. L'UE a appelé à plusieurs reprises les parties à garantir le non-recours à la force et l'éloignement des forces afin de réduire les tensions et l'escalade potentielle sur le terrain. Nous avons également demandé que toutes les questions soient abordées pacifiquement dans le cadre des réunions des commissions de délimitation des frontières et du processus plus large de normalisation. Nous espérons qu'un accord pourra être trouvé dans un avenir proche sur cette question et d'autres, y compris lors de la prochaine réunion des commissions frontalières de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan, actuellement prévue pour le 30 novembre 2023.

Armenpress : L'UE a annoncé qu'elle fournissait 5 millions d'euros supplémentaires d'aide humanitaire pour répondre aux besoins des personnes déplacées de force du Haut-Karabakh. Cependant, plus tard au Parlement européen, le Premier ministre arménien a annoncé que l'Arménie avait besoin du soutien de la communauté internationale pour aider les personnes déplacées de force du Haut-Karabakh. L'UE envisage-t-elle d'apporter un soutien supplémentaire ?

Ambassadeur Vassilis Maragos: Jusqu'à présent, l'UE et ses États membres ont fourni plus de 50 millions d'euros pour l'aide d'urgence aux réfugiés du Haut-Karabakh. Cette aide a été acheminée par différents moyens. Nous avons déjà fourni une assistance et nous travaillons avec des partenaires humanitaires pour l'acheminer sur le terrain. Notre aide humanitaire s'est concentrée sur la nourriture, l'hygiène, les abris, mais aussi les moyens de subsistance. Plus de 60 % des réfugiés ont déjà bénéficié de notre aide. Nous collaborons également avec le gouvernement pour mettre en œuvre l'enveloppe budgétaire de 15 millions d'euros annoncée à Grenade par la présidente von der Leyen et qui contribuera aux programmes d'aide polyvalents du gouvernement visant à répondre, entre autres, aux besoins des réfugiés en matière d'argent liquide, de nourriture, d'énergie et d'hébergement temporaire.  Dans le cadre de nos discussions actuelles avec le gouvernement sur le renforcement des relations entre l'UE et l'Arménie, une aide supplémentaire sera également envisagée. La priorité de l'UE reste de répondre aux besoins humanitaires des plus de 100 000 Arméniens du Karabakh qui ont fui vers l'Arménie, et de leur assurer des moyens de subsistance.

Armenpress : La mission civile de l'Union européenne opérant en Arménie effectue la surveillance du côté arménien de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et soumet un rapport à l'UE. Quels enregistrements, quelles conclusions l'Union européenne a-t-elle fait jusqu'à présent sur la base de ces rapports ? Nous n'avons pas eu connaissance d'une déclaration officielle. D'aucuns estiment que la mission réagit tardivement aux incidents frontaliers, comment réagissez-vous à cela ? L'UE prévoit-elle d'augmenter le nombre de membres de la mission dans un avenir proche ?

Ambassadeur Vassilis Maragos: La mission de l'UE en Arménie est chargée d'observer et de rendre compte de la situation sur le terrain du côté arménien de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, de contribuer à la sécurité humaine dans les zones touchées par le conflit et, sur la base de ce qui précède, de contribuer à renforcer la confiance entre les populations de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan et, dans la mesure du possible, leurs autorités. Toutes les missions civiles de l'UE rendent compte de leurs observations à l'UE et à ses États membres. Depuis son déploiement, la situation sur le terrain s'est stabilisée et la présence de la mission remplit clairement son mandat. Concernant l'expansion de la mission, comme l'a récemment mentionné le Haut Représentant Borrell, nous travaillons pour nous assurer d'avoir plus d'observateurs et plus de patrouilles. Je voudrais ajouter que depuis mon arrivée en septembre 2023, j'ai rencontré la plupart des observateurs et je suis de très près leurs activités. Je suis impressionné par leur professionnalisme et leur dévouement. Je suis également impressionné par la chaleur de l'accueil de la population arménienne, qui est très appréciée par l'UE et facilite le travail de la mission.

Armenpress : Le Premier ministre arménien, après sa récente visite à Grenade, a déclaré dans une interview qu'il existait un consensus au sein de l'Union européenne concernant l'approfondissement des relations avec l'Arménie. Peut-on supposer qu'en dehors de l'accord de partenariat global et renforcé, d'autres accords ont été ou seront conclus ?

Ambassadeur Vassilis Maragos: L'UE et l'Arménie sont avant tout intéressées par l'accélération de la mise en œuvre du CEPA. Le CEPA en lui-même recèle un grand potentiel et de nombreuses initiatives ont été lancées sur la base du CEPA. Nous travaillons désormais activement à la réalisation du potentiel de cet accord et à l'accroissement des avantages pour les citoyens et les entreprises d'Arménie. Le Conseil européen des 26 et 27 octobre a invité la Haute représentante et la Commission à présenter des options sur la meilleure façon de renforcer les relations UE-Arménie dans toutes leurs dimensions. Lors du Conseil des Affaires étrangères du 13 novembre, une première discussion sur les différents domaines de coopération, y compris la coopération en matière de sécurité, a eu lieu.

Nous travaillons activement avec nos partenaires arméniens pour identifier ensemble des idées de coopération future. À cet égard, une équipe du Service européen pour l'action extérieure et de la Commission européenne s'est rendue à Erevan cette semaine pour discuter avec nos partenaires arméniens des différentes possibilités de renforcement des relations UE-Arménie. La Haute Représentante invitera également le ministre arménien des Affaires étrangères à se joindre aux ministres des Affaires étrangères de l'UE en marge du prochain Conseil des Affaires étrangères en décembre, afin de poursuivre la discussion.

Armenpress: Aujourd'hui, de nombreux citoyens arméniens ont des difficultés à réserver un jour de visa auprès des ambassades des pays de l'UE. Quand le dialogue sur la libéralisation des visas pourra-t-il commencer ?

Ambassadeur Vassilis Maragos: Je tiens à préciser que les demandeurs arméniens bénéficient largement de l'accord visant à faciliter la délivrance des visas et que le nombre de visas à entrées multiples a augmenté. Cependant, nous sommes bien conscients des défis et nous travaillons activement à les relever. Il y a quelques semaines, nous avons eu une réunion très productive du comité conjoint de facilitation des visas, qui a reconnu les progrès accomplis et a discuté en profondeur de toutes les questions.

En ce qui concerne l'augmentation du nombre de demandes de rendez-vous, la Commission a demandé aux États membres d'améliorer leur capacité opérationnelle à traiter le problème de l'augmentation du nombre de demandes de visa en prévoyant davantage de créneaux de rendez-vous. Je tiens à rappeler que le Conseil des affaires étrangères, qui s'est tenu le 13 novembre 2023, a également discuté des options de libéralisation des visas pour l'Arménie. Nous travaillerons activement au cours de la prochaine période pour explorer ces options.

Interview réalisée par Anna Grigoryan








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]