L'heure à Erevan: 11:07,   29 Février 2024

Mirzoyan: l'engagement véritable de l'Azerbaïdjan est nécessaire à la paix dans le Caucase du Sud

Mirzoyan: l'engagement véritable de l'Azerbaïdjan est nécessaire à la paix dans le Caucase 
du Sud

EREVAN, 30 NOVEMBRE, ARMENPRESS: Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, a prononcé un discours lors du 30e Conseil ministériel de l'OSCE, déclarant que l'Arménie reste attachée à l'ouverture d'une nouvelle ère de paix dans le Caucase du Sud et qu'elle croit que cela est encore possible. Pour que cette possibilité devienne réalité, il faut que l'Azerbaïdjan s'engage véritablement et que les acteurs internationaux soutiennent fermement les efforts de l'Arménie, qui reposent sur des principes bien établis et bien connus.

Dans son discours, le ministre des Affaires étrangères a remercié la présidence nord-macédonienne de l'OSCE pour avoir dirigé cette organisation au cours de l'année écoulée, a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

"En effet, la tâche n'était pas facile, car l'OSCE, qui reste la plus grande organisation de sécurité au monde, est en train de décliner rapidement, car les mandats et les engagements dûment adoptés et bien élaborés sont totalement ignorés.

Ce processus a commencé il y a plusieurs années, lorsque l'OSCE n'a pas réussi à mettre en œuvre ses tâches essentielles - l'alerte précoce et la prévention des conflits. Malheureusement, ce processus se poursuivra à moins qu'il n'y ait une compréhension commune que la violation du droit international dans n'importe quelle partie du monde doit être condamnée sans équivoque et non tolérée, sinon cela crée un sentiment d'impunité qui devient la nouvelle normalité dans d'autres parties du monde. Malheureusement, la zone de responsabilité de l'OSCE n'est pas exclue", a noté Ararat Mirzoyan.

Le ministre des Affaires étrangères a noté que dans le Caucase du Sud, le conflit du Haut-Karabakh, dont les causes profondes sont la haine et la xénophobie sous ses diverses formes et la menace existentielle pour les personnes qui veulent vivre dans la liberté et la dignité sur leur terre ancestrale, a atteint sa phase finale cette année.

"Après un siège inhumain de neuf mois, l'Azerbaïdjan a lancé le 19 septembre une nouvelle offensive militaire de grande envergure contre le peuple du Haut-Karabakh, qui a entraîné un déplacement forcé massif de sa population autochtone. À l'heure actuelle, nous pouvons affirmer que, dans le silence de la communauté internationale, l'Azerbaïdjan a atteint son objectif de longue date : obtenir le territoire du Haut-Karabakh sans sa population arménienne.

Cependant, même après avoir atteint cet objectif, les revendications de la partie azerbaïdjanaise n'ont pas cessé. Aujourd'hui, l'ensemble du territoire souverain de la République d'Arménie est devenu la cible de notre voisin.

Cette situation, associée à la haine permanente, à la rhétorique militaire, à l'utilisation de la force et aux menaces d'utilisation de la force, au refus de participer aux réunions organisées par divers acteurs internationaux, y compris les États-Unis et l'UE, montre que ce pays n'est pas sincèrement intéressé par la paix et la stabilité dans notre région", a déclaré M. Mirzoyan, avant d'ajouter : "Malgré cette catastrophe humanitaire au Haut-Karabakh, l'Arménie reste déterminée à ouvrir une nouvelle ère de paix dans le Caucase du Sud et pense que c'est encore possible. Pour que cette possibilité devienne réalité, nous avons besoin d'un engagement réciproque et sincère de l'Azerbaïdjan et d'un soutien fort des acteurs internationaux à nos efforts, qui sont basés sur des principes bien élaborés et bien connus. Ces principes, qui ont été largement discutés et admis ou du moins non rejetés par la partie azerbaïdjanaise, sont les suivants:

  • la reconnaissance mutuelle de l'intégrité territoriale sur la base de la déclaration d'Alma-Ata de 1991 et sans aucune autre ambiguïté,
  • la délimitation de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sur la base des cartes les plus récentes et les plus légitimes - les cartes de l'état-major de l'URSS de 1974-1978,
  • l'ouverture de tous les transports et communications économiques dans le plein respect de la souveraineté et de la juridiction des pays, ainsi que sur la base des principes d'égalité et de réciprocité.

Il a réaffirmé l'engagement de la partie arménienne à l'égard des principes susmentionnés, qui, démontrant sa volonté de prendre des mesures pratiques, a récemment présenté le concept d'un projet de connectivité que nous avons appelé "Carrefour de la paix".

 "Ce projet ambitieux vise à relier l'Est à l'Ouest et le Nord au Sud et, par le biais de la coopération régionale, à créer les conditions nécessaires au renforcement des liens économiques et culturels, à atténuer les contradictions et à favoriser une meilleure connectivité et un meilleur dialogue politique entre les pays de notre région.

À cet égard, l'ouverture de la frontière entre l'Arménie et la Turquie revêt également une importance cruciale. Comme vous le savez peut-être, nous sommes parvenus à un accord sur l'ouverture de la frontière terrestre aux citoyens de pays tiers et aux citoyens arméniens et turcs détenteurs de passeports diplomatiques, ce qui a été reconfirmé par mon homologue, le ministre Fidan, lors de notre réunion bilatérale du 23 octobre ; un calendrier concret a même été indiqué pour les semaines à venir, et nous espérons que dans un avenir proche, nous mettrons en œuvre cette première étape, qui n'en est pas moins tangible.

La normalisation entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan soulève également un certain nombre de questions humanitaires que l'on ne peut ignorer. La libération de tous les détenus arméniens, y compris ceux qui ont été emprisonnés après le 19 septembre, la coopération sur le sort des personnes disparues, la protection des biens culturels arméniens à l'intérieur et autour du Haut-Karabakh peuvent ouvrir la voie à une paix durable, juste et digne", a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

En conclusion, M. Mirzoyan a noté que l'Arménie, en tant que membre responsable de l'OSCE, a prouvé à de nombreuses reprises son attachement à la paix régionale et mondiale et qu'elle continuera à prendre des mesures à cette fin.

"Une fois de plus, je répète que l'Arménie reste prête à négocier et que l'Azerbaïdjan doit cesser de rejeter les propositions des facilitateurs de se rencontrer et de finaliser le traité de paix. Pour atteindre cet objectif, nous avons besoin d'efforts sincères de la part de toutes les parties intéressées et de la communauté internationale dans son ensemble pour tourner la page de la violence dans le Caucase du Sud et renforcer l'ordre international fondé sur des règles", a conclu le ministre des Affaires étrangères, M. Mirzoyan.

 

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]