L'heure à Erevan: 11:07,   23 Février 2024

Comment l'Arménie peut-elle attirer l'industrie cinématographique indienne?

Comment l'Arménie peut-elle attirer l'industrie cinématographique indienne?

EREVAN, 1er DÉCEMBRE, ARMENPRESS: Une industrie cinématographique développée peut servir d'outil clé à un pays pour projeter son soft power, améliorer son image, défendre ses causes à l'étranger, attirer le tourisme et stimuler les relations avec d'autres pays au plus haut niveau. C'est pourquoi l'Arménie doit développer son industrie cinématographique et établir une coopération avec les pays qui disposent déjà d'une cinématographie bien développée. L'un de ces pays est l'Inde.

Depuis plusieurs années, l'industrie cinématographique indienne se classe au premier rang mondial en termes de production annuelle de films. Comme les producteurs indiens tournent de plus en plus de films en dehors de l'Inde, cela est devenu une source importante de revenus et de tourisme pour les pays d'accueil. La Suisse est en tête de liste des pays où les Indiens voyagent, en grande partie grâce aux nombreux films et productions qui ont été tournés dans ce pays. En Serbie, l'Inde a investi plus de 50 millions d'euros dans l'industrie cinématographique grâce à de généreuses incitations financières offertes par le gouvernement.

Alors que les relations bilatérales entre l'Arménie et l'Inde se développent au niveau de l'État, le moment est venu d'examiner le potentiel de coopération dans le domaine de la cinématographie.

Que doit faire l'Arménie pour inciter les cinéastes indiens à tourner et à coproduire des films en Arménie ?

Les conditions suivantes sont importantes pour atteindre cet objectif : une cinématographie nationale bien développée qui peut attirer les cinéastes internationaux ; un ensemble de mesures incitatives globales qui fourniraient une feuille de route pour la réalisation de films dans le pays, y compris le soutien technique et professionnel disponible ; des avantages financiers importants conçus pour encourager les cinéastes étrangers ; et la promotion du pays en tant que destination attrayante pour la réalisation de films à l'étranger.

Une cinématographie nationale développée

Avant d'attirer des cinéastes étrangers, le pays doit avant tout donner la priorité au développement de sa cinématographie nationale. Tous les pays qui ont réussi à attirer des cinéastes indiens ont poursuivi cette stratégie. Comme l'a déclaré la réalisatrice et productrice Armine Abrahamyan lors d'un entretien avec APRI Armenia, "vous devez d'abord développer votre propre industrie cinématographique. Une fois que vous aurez des films célèbres qui permettront à votre pays d'être reconnu à l'étranger, les cinéastes d'autres pays voudront coopérer avec les vôtres".

L'Arménie devrait également privilégier les coproductions entre cinéastes arméniens et indiens plutôt que les projets qui se contentent de faire venir des cinéastes indiens en Arménie pour tourner sans collaborer avec les producteurs arméniens. Les coproductions augmenteront la visibilité de l'Arménie et renforceront les capacités des producteurs et des professionnels locaux.

La première étape du développement de la cinématographie nationale consiste à disposer d'un cadre juridique complet qui réglemente toutes les questions liées au tournage. L'Arménie a déjà fait quelques progrès dans ce sens en adoptant la loi arménienne sur la cinématographie en 2021. Cependant, le problème est que la loi ne fonctionne pas actuellement, car les règlements régissant l'ensemble du processus n'ont pas été signés. Par conséquent, ni les producteurs arméniens ni les producteurs étrangers ne sont en mesure de récolter les fruits de cette loi.

"La loi crée toutes les conditions nécessaires et favorables pour stimuler et promouvoir la cinématographie arménienne. Conçue pour attirer les investissements étrangers et promouvoir la coopération internationale, la loi facilite également le processus de tournage de films par des cinéastes étrangers en Arménie, y compris des incitations tarifaires et douanières favorables, ainsi que des lignes directrices juridiques sur la façon de coproduire en Arménie. Il ne nous reste plus qu'à mettre en œuvre cette loi", a déclaré Anna Kostanyan, ancienne députée (7e convocation de l'Assemblée nationale de la République d'Arménie) qui a rédigé et présenté la loi sur la cinématographie de la République d'Arménie à l'Assemblée nationale.

Un paquet holistique avec des avantages financiers

Un pays qui souhaite attirer des cinéastes indiens doit également proposer un ensemble de mesures holistiques comprenant des incitations attrayantes. Une analyse des 12 principaux partenaires de coproduction de l'Inde montre que les mesures d'incitation les plus efficaces proviennent de pays qui offrent souvent des incitations sur mesure, notamment en facilitant les procédures d'obtention de visas, en accordant des autorisations de tournage complètes et en fournissant une assistance dans l'ensemble du processus.

"Chaque fois que nous décidons de tourner un film en dehors de l'Inde, nous devons obtenir l'autorisation des autorités locales pour que le processus de tournage se déroule sans aucun obstacle", a déclaré à APRI le réalisateur indien Pankaj Kumar Vishwakarma (qui a tourné des films indiens en Ouzbékistan, en Égypte, en Thaïlande et en Pologne). 

Les incitations financières constituent un élément clé de ce dispositif. De nombreux gouvernements accordent des subventions et d'autres types d'avantages financiers aux entreprises qui souhaitent tourner dans leur pays. L'Arabie saoudite, par exemple, propose des incitations financières dégressives, en fixant un crédit minimum (par exemple, 20 %) qui passe progressivement à 25 % ou 30 % pour les productions suivantes et plus coûteuses. Le système norvégien d'incitation à la production de films a également prouvé que les incitations progressives réussissent à attirer les producteurs de films.

Certains pays ne se contentent pas de subventionner le budget des films indiens, mais prennent souvent en charge l'intégralité du billet d'avion de l'équipe de tournage - une pratique employée par la Turquie. "Il est important d'avoir une stratégie cohérente et d'offrir des incitations financières ainsi que des remises en espèces pour attirer les cinéastes indiens. Je plaide depuis longtemps en ce sens en Arménie", a déclaré à APRI Rananjay Anand, président de l'ONG Indo-Armenian Friendship.

En Arménie, un projet de loi et un nouveau système de remboursement sont actuellement en cours d'introduction. Ils garantiront une remise de 10 à 40 % aux producteurs de films s'ils tournent un film en Arménie. Selon ce projet de loi, le cinéaste recevra un remboursement supplémentaire si le film présente des scènes identifiées à l'Arménie. Cet amendement juridique devrait donner une impulsion supplémentaire pour attirer les cinéastes internationaux en Arménie, tout en les incitant à promouvoir l'Arménie dans leurs films.

Il faudra donc mettre au point un programme global et ciblé pour les sociétés de production cinématographique indiennes afin de les inciter à tourner et à coproduire des films en Arménie.

Soutien administratif et personnel

Un autre facteur important de ce programme est la fourniture par l'Arménie d'un soutien administratif et personnel aux cinéastes indiens. La Géorgie, l'Azerbaïdjan et l'Arabie saoudite ont tous trois mis en place des commissions nationales du film qui offrent un soutien logistique, des formations, des facilités de visa, des assurances, un soutien juridique, ainsi qu'un hébergement. Ils proposent ces services dans un guichet unique où un producteur de film indien peut visiter le site web et trouver tout ce qu'il a besoin de savoir sur le processus de production cinématographique dans le pays. Ces pays ont également mis en place des studios capables de gérer des productions de niveau Bollywood.

L'Arménie doit elle aussi mettre au point un tel programme, dans lequel les studios et les installations locales seront présentés. 

"Nous disposons en Arménie d'excellents studios de cinéma qui peuvent répondre aux besoins des cinéastes indiens - avec une meilleure qualité et des prix plus bas que dans de nombreux autres pays", a déclaré à l'APRI Karen Mkrtchyan, co-secrétaire de l'ONG Indo-Armenian Friendship. Selon lui, il s'agit d'un avantage, car l'équipement et le soutien technique et artistique disponibles localement épargneront aux équipes de tournage beaucoup d'ennuis et d'argent, leur permettant d'arriver avec une équipe compacte, sans avoir à transporter un équipement lourd et coûteux.

Dans le même temps, les productions à gros budget exigeraient de l'Arménie qu'elle développe ses capacités locales. Selon Mme Abrahamyan, l'Arménie doit construire des studios plus grands et plus avancés sur le plan technologique, afin d'être en mesure d'accueillir des films indiens de fiction de grande envergure. En attendant, la meilleure stratégie consisterait à coopérer dans le domaine des films artistiques, car c'est là que nous avons le plus de capacités.

Pour fournir ce niveau accru de soutien administratif et logistique, l'Arménie devrait enfin créer la fondation nationale du film envisagée par la loi sur la cinématographie. Cette fondation supervisera le financement des producteurs locaux et créera un site Internet à guichet unique contenant toutes les directives nécessaires pour les producteurs étrangers qui tournent des films en Arménie. L'Arménie aurait également intérêt à disposer d'une agence de casting qui donnerait des conseils sur le recrutement de professionnels dans ce domaine.

En outre, l'Arménie devrait s'efforcer d'établir une liaison aérienne directe avec l'Inde et envisager de subventionner le coût du vol pour l'équipe de production. Elle devrait également mettre en place une politique temporaire d'exemption de visa pour les producteurs et l'équipe de tournage impliqués dans des coproductions.

Promouvoir l'Arménie comme destination cinématographique

Enfin et surtout, les pays réussissent dans ce domaine lorsqu'ils investissent dans le positionnement et la promotion de leur pays en tant que destination cinématographique. Dans ce processus, l'Arménie peut tirer parti de son paysage pittoresque. De nombreux films de Bollywood mettent souvent en scène des paysages montagneux, pour lesquels l'Inde utilise traditionnellement la Suisse. Moins chère et plus proche de la Suisse, l'Arménie pourrait répondre aux besoins de nombreux films indiens en offrant une destination montagneuse pour les tournages. "Si l'Arménie investit dans le secteur cinématographique indien et que les gens commencent à regarder régulièrement les paysages arméniens, les touristes viendront en retour dans votre pays. Cela créera des emplois, des interactions interpersonnelles, ce qui se traduira par une bonne volonté et un soutien à l'Arménie en Inde", a déclaré M. Anand.

L'Arménie devrait également être présentée comme une destination attrayante pour le cinéma. Cela peut se faire en accueillant et en participant à des festivals du film et à d'autres événements. L'Ouzbékistan, par exemple, s'est associé à l'Inde pour organiser des festivals cinématographiques conjoints et a également mis en place un programme de formation à l'intention des professionnels du cinéma.

Conclusion

Ainsi, pour inciter les producteurs indiens à tourner des films en Arménie, le pays doit développer sa propre cinématographie nationale, en privilégiant les coproductions entre cinéastes arméniens et indiens, mettre en œuvre sa loi actuelle sur la cinématographie, établir un vol direct avec l'Inde, faciliter les formalités de visa et de douane, et créer un ensemble complet et ciblé d'incitations cinématographiques destinées aux sociétés de production. L'octroi de remises en espèces et d'autres incitations financières aux cinéastes indiens devrait être un élément essentiel de ce programme. L'Arménie doit également être promue en Inde par le biais de festivals et d'autres événements en tant que destination pour le cinéma et le tourisme. Tous ces efforts doivent s'inscrire dans le cadre d'une stratégie unifiée, car les éléments susmentionnés se renforcent mutuellement et porteront leurs fruits s'ils sont mis en œuvre de manière cohérente et dans le cadre d'une stratégie plus large de puissance douce de l'Arménie. 

 

Nvard Chalikyan, chercheure à l'APRI Arménie

Davit Antonyan, chercheur associé à l'APRI Arménie

 

 

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]