L'heure à Erevan: 11:07,   25 Avril 2024

Les ambitions de la Turquie dépassent ses capacités réelles: un turcologue commente la politique étrangère d'Ankara

Les ambitions de la Turquie dépassent ses capacités réelles: un turcologue commente la 
politique étrangère d'Ankara

EREVAN, 30 JANVIER, ARMENPRESS: Le turcologue Ruben Safrastyan, commentant la politique étrangère de la Turquie, estime que les ambitions du pays dépassent ses capacités réelles. Dans une interview accordée à "Armenpress", le turcologue note qu'Ankara prend toutefois des mesures pour aligner ses ambitions sur les opportunités réelles.

Selon lui, si la Turquie reste une puissance moyenne, elle aspire à se positionner comme l'un des États les plus puissants du monde.

"En donnant le feu vert à l'adhésion de la Suède à l'OTAN, la Turquie a essentiellement conclu un accord avec les États-Unis et a pu obtenir ce qu'elle recherchait depuis environ trois ans. L'approbation de l'adhésion de la Suède a servi de prétexte à cet accord, mais il s'agissait essentiellement de la ratification de la fourniture de quarante avions de combat américains F-16.

L'armée turque dispose déjà d'environ quatre-vingts chasseurs de ce type, et la partie américaine devrait également les modifier. Il est important pour les Etats-Unis que la Turquie continue à être leur fidèle allié au Moyen-Orient car sa position géographique et la présence d'une armée prête au combat sont d'une grande importance du point de vue de la mise en œuvre des plans de l'OTAN dans cette région", a déclaré l'expert.

Selon M. Safrastyan, la Turquie a également atteint ses objectifs avec la Suède, puisque la Stockholm officielle a commencé à imposer des conditions et des restrictions plus strictes aux discours publics des personnalités kurdes exilées en Suède, abandonnant ainsi sa politique consistant à donner aux gens la possibilité de s'exprimer librement et de mener des actions.

"La décision de la Turquie n'a pas surpris la Russie, qui est en conflit avec l'Alliance de l'Atlantique Nord. Dès le début, il était clair pour tout le monde, y compris pour Moscou, qu'Ankara prendrait tôt ou tard cette mesure et que, dans l'ensemble, elle ne pourrait pas empêcher de nouveaux membres d'adhérer à l'alliance. Pendant toute cette période, la Turquie a simplement essayé de résoudre ses problèmes. Ce n'est pas une coïncidence si la réaction officielle de la Russie a été plutôt calme", a déclaré M. Safrastyan.

À la question de savoir si les manœuvres politiques de la Turquie dans le Caucase du Sud ne sont pas exclues, compte tenu de la mention fréquente du "corridor de Zangezur", auquel s'oppose la République islamique d'Iran, le turcologue a fait remarquer que même si Ebrahim Raisi, lors de sa visite en Turquie, s'est prononcé contre l'inadmissibilité des lignes rouges et des changements de frontières dans la région, l'Ankara officielle continuera à poursuivre sa politique. L'objectif est que la Turquie et l'Azerbaïdjan, en violant l'intégrité territoriale de l'Arménie, établissent une connexion terrestre directe entre leurs deux pays.

"La pression exercée par la Turquie sur cette question persistera, et il est peu probable que l'Iran s'engage dans une confrontation ou un affrontement militaire avec la Turquie à ce stade, car il cherche à éviter les conflits et les attaques potentielles en dehors de son territoire. On peut plutôt s'attendre à des actions aventureuses de la part de l'Azerbaïdjan, compte tenu de son alliance avec la Turquie et de ses intérêts communs. Le "corridor de Zangezur" est avant tout stratégiquement vital pour la Turquie, car il établit une connexion avec les pays turcophones d'Asie centrale, ce qui accroît considérablement son influence politique dans le monde entier.

Le PIB annuel des pays turcophones s'élève à plus de mille milliards de dollars, ce qui est tout aussi important. D'autre part, la Turquie s'efforce de jouer un rôle important dans l'axe logistique Londres-Beijing, en connectant une partie substantielle de l'économie mondiale à l'avenir", a expliqué M. Safrastyan.

Néanmoins, selon lui, il y a une réalité simple qu'il ne faut pas négliger. Alors que la Turquie tente de participer à la mise en œuvre de mégaprojets logistiques, elle n'a pas été en mesure d'achever la construction du tronçon de 200 km de la voie ferrée qui devrait relier Kars à l'Azerbaïdjan en passant par le Nakhitchevan.

"Cela fait des années qu'ils en parlent, mais la construction n'est pas achevée. La Turquie tente à présent de résoudre le problème avec l'aide de l'Azerbaïdjan, avec lequel elle a signé un accord de financement conjoint l'année dernière, impliquant en fait les fonds générés par la vente de pétrole et de gaz par l'Azerbaïdjan. Selon Safrastyan, les gagnants des appels d'offres sont déjà connus et les préparatifs commenceront bientôt.

La Turquie nourrit parfois de grandes ambitions, mais ne dispose pas toujours des ressources suffisantes pour les mettre en œuvre ; en d'autres termes, les ambitions de la Turquie dépassent ses capacités réelles", a conclu Ruben Safrastyan.

 

Manvel Margaryan








youtube

AIM banner Website Ad Banner.jpg (235 KB)

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]