L'heure à Erevan: 11:07:36,   9 Août 2022

Premier ministre Pashinyan:aujourd'hui, le citoyen est le principal garant de la démocratie dans la République d'Arménie

Premier ministre Pashinyan:aujourd'hui, le citoyen est le principal garant de la démocratie dans 
la République d'Arménie

EREVAN, 20 MAI, ARMENPRESS. Le Premier ministre Nikol Pashinyan a participé au "Forum arménien pour la démocratie". Le président de l'Assemblée nationale Alen Simonyan, le président de la Cour constitutionnelle Arman Dilanyan, les vice-présidents de l'Assemblée nationale Hakob Arshakyan, Ruben Rubinyan, des députés, des membres du gouvernement, la chef de la délégation de l'UE en Arménie, l'ambassadrice Andrea Wiktorin, l'ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire des États-Unis en Arménie Lynne Tracey, le directeur des programmes Europe et Eurasie de Freedom House Marc Behrendt, des représentants de la société civile et des experts ont également assisté à l'événement.

Au début de l'événement, le Premier ministre a prononcé un discourse:

" Tout d'abord, je tiens à saluer la tenue du "Forum arménien pour la démocratie". Je pense que la République d'Arménie est un bon lieu pour organiser un forum portant ce titre, et même le bon moment pour organiser ce forum. Il est organisé sous le bon titre, car j'ai l'habitude de dire que la démocratie est la principale marque internationale de la République d'Arménie. Habituellement, lorsque je fais cette déclaration, je me réfère aux rapports publiés par diverses organisations internationales, mais comme il y a beaucoup de personnes ici qui sont liées à ces publications, ces rapports, je veux regarder la question du côté opposé, parce que les rapports sont importants, mais pas les plus importants, parce que les rapports ne sont pas la cause, mais le résultat.

Je tiens à dire que si, pour parler de la démocratie en République d'Arménie, je me réfère aux rapports des organisations internationales, je veux maintenant me référer au citoyen de la République d'Arménie pour parler de la démocratie, car l'institution la plus importante de la démocratie en République d'Arménie est l'institution du citoyen. Je pense qu'aujourd'hui, le citoyen est le principal garant de la démocratie en République d'Arménie. Cela est dû au fait que le citoyen de la République d'Arménie sait qu'il est un décideur, qu'il est le principal sujet de la prise de décision, comme le prévoit la Constitution de la République d'Arménie.

Quelle est la différence générale entre un citoyen d'un pays démocratique et un citoyen d'un pays non-démocratique ? Je pense qu'il existe une différence très importante. Le citoyen d'un pays démocratique se sent plus responsable, par conséquent, le citoyen d'un pays démocratique passe plus de temps à penser, à réfléchir, à analyser, parce que chaque citoyen dans un pays démocratique sent, voit et connaît sa responsabilité pour aujourd'hui, hier et demain.

Par conséquent, je veux dire qu'après la guerre des 44 jours en 2020, la République d'Arménie a subi de grands chocs, et c'est le citoyen de la République d'Arménie qui a empêché l'effondrement de l'État de la République d'Arménie, la perte de la souveraineté et de l'indépendance. Je ne sais pas dans quelle mesure cela peut être inclus dans le protocole de l'événement d'aujourd'hui, mais puisque la conférence est intitulée "Forum arménien pour la démocratie", je voudrais que nous applaudissions le citoyen de la République d'Arménie, qui est l'axe, le pilier, la pierre angulaire de la démocratie en République d'Arménie.

Je pense qu'il y a deux questions très importantes auxquelles nous devons répondre. La première est de savoir dans quelle mesure la démocratie est capable de protéger et de préserver la sécurité du pays et dans quelle mesure la démocratie est capable de protéger et de préserver la souveraineté et l'indépendance du pays. Je pense avoir déjà donné la réponse à la deuxième question, à savoir qu'aujourd'hui la démocratie est le facteur le plus important et le plus clé pour garantir et préserver la souveraineté et l'indépendance de la République d'Arménie. La réponse à la deuxième question est sans équivoque : J'ai déjà répondu que la démocratie est aujourd'hui le facteur le plus important et le plus essentiel pour préserver et garantir la souveraineté et l'indépendance de la République d'Arménie. Et notre tâche est de prouver que, oui, la démocratie est capable d'assurer la sécurité extérieure et intérieure du pays. À cet égard, je veux souligner et insister sur le programme de paix adopté par le gouvernement de la République d'Arménie et pour lequel le citoyen de la République d'Arménie a donné un mandat.

D'une manière générale, je pense que la formulation de l'agenda pour la paix et sa discussion sont très importantes aussi dans la logique que finalement, le citoyen prend les décisions clés dans le pays, comme je l'ai dit, en accord avec les règles de la démocratie, la Constitution et la législation. Il est très important que nous donnions des informations complètes et appropriées au citoyen afin qu'il soit suffisamment informé pour prendre des décisions.

En général, lorsque nous traitons de questions liées à l'agenda de la paix, au processus de négociation, à l'histoire, certaines personnes l'interprètent comme un débat entre les anciennes et les actuelles autorités. Cela n'a rien à voir. Moi, notre gouvernement, notre équipe politique, nous considérons qu'il est de notre devoir de fournir aux citoyens des informations suffisantes et appropriées sur ce qui nous est arrivé, afin que le citoyen ait une bonne compréhension des problèmes, qu'il ait suffisamment d'informations, et qu'à l'avenir il soit capable de prendre les décisions qu'il doit prendre. D'ailleurs, c'est aussi sur la base de l'analyse de ces informations que le citoyen de la République d'Arménie a pris les décisions qu'il a prises.

Je dois dire publiquement ce qui suit,  Vous savez, aujourd'hui nous parlons de la démocratie en République d'Arménie, et il y a dans cette salle des personnes avec lesquelles nous avons lutté à des périodes différentes, peut-être de manière séparée, peut-être indépendante, parfois ensemble, pour établir la démocratie en Arménie. Et nous avons accompli notre mission, même si nous ne l'avons pas terminée. Mais je tiens à dire que maintenant, pour renforcer la démocratie, il est très important que nous nous unissions autour d'une autre mission : de la même manière que nous avons apporté la démocratie à la République d'Arménie, de la même manière nous devrions apporter la paix à la République d'Arménie, car je pense que la démocratie et la paix peuvent exister l'une sans l'autre avec beaucoup de difficulté. Et au moins, je peux dire avec joie et fierté qu'il y a un pouvoir politique en République d'Arménie, qui est uni autour de cette mission.

Je pense que toutes les forces démocratiques en Arménie devraient être unies autour de cette mission, car l'une est la continuation de l'autre. Bien sûr, ça ne veut pas dire que nous devons avoir la même opinion et la même vision sur toutes les questions, mais je pense qu'à ce stade, il est très important que nous analysions sincèrement, en nous regardant dans les yeux, l'histoire des 30 dernières années de notre pays et que nous soyons capables de le faire dans une atmosphère de sincérité et d'honnêteté, en nous regardant dans les yeux, et la démocratie crée les conditions suffisantes pour cela.

Donc, la poursuite de notre mission pour la démocratie est notre mission pour la paix qui est beaucoup plus lourde, beaucoup plus difficile et exige beaucoup plus de force et de volonté. Je crois et je suis convaincu que nous mettrons également en œuvre cette mission, car s'il n'y a pas de conviction, il n'y aura pas non plus de volonté de prendre et d'assumer la responsabilité.

Cependant, peu importe combien nous parlons de notre démocratie, nous devons dire que notre démocratie n'est pas sans nuages, car nous sommes confrontés à deux groupes de problèmes. Le premier groupe de problèmes concerne tous les pays démocratiques. Ce problème est l'utilisation de la démocratie contre la démocratie. Vous savez que tous les pays démocratiques sont aujourd'hui confrontées à ce défi. Il s'agit du phénomène où nous utilisons les principes démocratiques pour détruire la démocratie. Et sur ce chemin, nous devons formuler notre stratégie sur la façon de surmonter ce défi. Et ma plus grande conviction est que la meilleure façon de surmonter ces défis est de bâtir des institutions démocratiques et de démocratiser les institutions de l'État, exactement dans le sens que nous connaissons tous, à savoir le fonctionnement des institutions de l'État sur la base du professionnalisme, de la légitimité, de la transparence et de la responsabilité.

L'un de nos plus grands défis aujourd'hui, bien sûr, est le système judiciaire, nous avons été critiqués par la plupart des personnes présentes dans cette salle pour ne pas avoir fait de progrès dans ses réformes. Nous pensons que cette critique est objective, qu'elle est justifiée, même si nous nous critiquons également nous-mêmes, mais d'un autre côté, nous connaissons plus profondément les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Peut-être que certains de nos collègues qui nous critiquent connaissent les problèmes tout aussi profondément, mais ils ne considèrent pas cela comme une justification, d'autres ne connaissent pas aussi profondément, et ils ne considèrent pas cela comme une justification non plus. Mais nous sommes, bien sûr, déterminés à suivre cette voie ; nous devons être cohérents à cet égard.

Pour conclure, je voudrais toutefois me référer à des rapports internationaux, dont deux ou trois sont très importants pour moi. Je dois tout d'abord affirmer que selon les résultats de 2021, la République d'Arménie est passée de l'autoritarisme électoral à la démocratie électorale dans les rapports internationaux. C'est un changement essentiel. Ça veut dire que la République d'Arménie a fait une transition de la deuxième ou première ligue de démocratie à la plus haute ligue de démocratie.

La suivante est l'indice de la liberté de la presse, où la République d'Arménie a fait de grands progrès depuis 2018, et ces progrès vont continuer. La liberté de la presse est très importante pour que le citoyen d'un pays démocratique reçoive les informations nécessaires pour prendre des décisions. Mais nous devons également veiller, et de nombreuses démocraties sont également confrontées à ce problème, à pouvoir développer l'éducation aux médias de nos citoyens dans la mesure où ils sont capables de distinguer les fausses informations des vraies informations sans facteurs administratifs supplémentaires. Nous avons là aussi un problème politique, nous devons absolument le résoudre. L'institution de véritables bénéficiaires des médias, de véritables propriétaires, doit être réalisée afin que les gens sachent d'où vient l'information, quel but elle peut poursuivre. De plus, il s'agit aussi bien du gouvernement que de l'opposition. L'enjeu est que le citoyen soit le mieux informé possible de la source qu'il utilise.

Le troisième fait sur lequel je veux attirer spécialement l'attention est la densité de la population carcérale, qui, à mon avis, ne reçoit pas beaucoup d'attention, mais qui indique bien la nature du pays. D'après les résultats de 2021, la République d'Arménie n'est devancée que par un seul pays européen en termes de densité de la population carcérale : ce pays européen est Monaco. Pourquoi est-ce que je dis cela ? Parce que je pense que c'est un indicateur. En outre, en raison des circonstances que vous connaissez, on tente de présenter que l'équipe politique qui est arrivée au pouvoir de manière démocratique essaie d'établir une dictature en République d'Arménie, essaie de mener des répressions politiques. Je pense que la densité de la population carcérale parle d'elle-même, car dans les pays qui recherchent la dictature, la population carcérale augmente, ne diminue pas, le nombre de prisons augmente, ne diminue pas. Par conséquent, je tiens à dire que nous avons fermé deux centres pénitentiaires au cours de cette période pour deux raisons. La première est qu'il n'y a pas besoin de ces pénitenciers ; la seconde est que ces pénitenciers ne répondent pas aux normes que nous voulons avoir. Bien sûr, les autres ne répondent pas non plus à ces normes, mais malheureusement, du moins aujourd'hui, nous ne pouvons pas tous les fermer. Comme le dit notre ministre de la justice, il s'est fixé pour mission de créer un pénitencier de rêve en Arménie. Bien sûr, cela semble étrange, mais je pense néanmoins que cela révèle nos pensées.

Je voudrais terminer mon discours par une phrase impromptue née récemment à l'Assemblée nationale de la République d'Arménie: Vive la démocratie arménienne.

Merci".

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]