L'heure à Erevan: 11:07,   26 Mai 2024

La Baronne Caroline Cox présentera un rapport sur le corridor de Latchine et le Haut- Karabakh à la Chambre des Lords

La Baronne Caroline Cox présentera un rapport sur le corridor de Latchine et le Haut-
Karabakh à la Chambre des Lords

EREVAN, 14 SEPTEMBRE, ARMENPRESS: La baronne Caroline Cox, membre de la Chambre des Lords du Royaume-Uni, actuellement en visite en Arménie, s'est rendue à l'entrée du corridor de Latchine bloqué et a vu le convoi d'aide humanitaire bloqué qui ne peut pas livrer de fournitures essentielles au Haut-Karabakh en raison du blocus azerbaïdjanais.

Le président international de Christian Solidarity International (CSI), John Eibner, a également donné un point de presse.

Lors d'une conférence de presse tenue le 15 septembre, Mme Cox a declaré: "Après 30 ans, nous revenons et, malheureusement, la situation au Karabakh ne s’est pas améliorée.
Nous nous souvenons tous des horreurs de la première guerre du Karabakh et j’y suis personnellement allé à plusieurs reprises et j’ai pu constater les immenses souffrances infligées à ce peuple par l’Azerbaïdjan. Des dizaines de milliers de personnes ont sacrifié leur vie pour protéger leur patrie, j’ai personnellement été témoin de la pluie de roquettes de 400 missiles Grad par jour de l’Azerbaïdjan sur Stepanakert, j’ai également été témoin du bombardement de maisons civiles avec des bombes de 500 kilogrammes, j’ai été témoin de massacres, d’atrocités, de violences forcées et de déplacements. Et je me souviens avec une grande douleur lorsque le peuple de l’Artsakh a appelé à l’aide, il a appelé le monde, mais le monde a choisi de ne pas écouter" 
a affirmé Caoline Cox.

Caroline Cox a affirmé également que cette semaine, leur groupe a visité la région de Syunik au sud de l’Arménie, notamment le village de Tegh et elle vu de ses propres yeux les lieux où les forces azéries ont envahi les terres arméniennes. Le groupe s’est également rendu dans la partie du corridor de Latchine, où les camions chargés de marchandises humanitaires n’ont toujours pas le droit d’entrer dans le Haut-Karabakh.

« Nous avons vu le point de contrôle azéri, qui empêche illégalement le transport de marchandises humanitaires à travers le couloir. La population chrétienne arménienne native de l’Artsakh est confrontée à la possibilité croissante d’un nettoyage ethnique et religieux de ses terres historiques, et aucune nation n’a encore répondu aux cris du peuple arménien, ni l’ONU, ni l’OSCE, ni les États-Unis, ni la Fédération de Russie, ni l’alliance OTSC. Dès lors, la question se pose : qui, dans la communauté internationale, se lèvera si Bakou a des ambitions territoriales vers Erevan, le lac Sevan ou Zanguezur ? Les dirigeants politiques de l’Azerbaïdjan n’ont pas caché leur objectif stratégique » a-t-elle déclaré.

Caroline Cox s’est déclarée profondément attristée par les actions des superpuissances internationales, qui continuent de faire pression sur l’Arménie pour qu’elle accepte la souveraineté de l’Azerbaïdjan sur le Haut-Karabagh.

"Et plus de 120 000 Arméniens de souche deviendront ainsi citoyens d’un État autoritaire. Mes amis, sans l’Artsakh arménien, l’existence de l’Arménie serait encore plus menacée qu’elle ne l’est aujourd’hui, l’histoire montre que l’Arménie est isolée, manque de soutien international, même vos alliés les plus proches n’ont pas apprécié les souffrances infligées à votre peuple. C’est avec le cœur lourd que nous devons accepter la possibilité que le génocide arménien ne soit pas terminé. Il y a ceux qui veulent aller jusqu’au bout et il y a ceux qui ne veulent pas y mettre fin. En ce moment crucial pour votre nation, j’espère et je prie pour que vous continuiez à soutenir la lutte pour l’Artsakh comme symbole d’unité.
Merci d’être en première ligne de la foi pour le monde et toutes les autres nations"
 a conclu Caroline Cox.

 

 

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: contact@armenpress.am